moudjahidines

le ministre des Moudjahidine a déclaré  que ses services étaient prêts à examiner de concert avec l’ONM, tout dossier « en suspens », rappelant que « le dossier de reconnaissance du statut de moudjahid et de chahid avait été définitivement fermé.

« Il est inconcevable que 50 ans après l’indépendance, le dossier de reconnaissance demeure ouvert », a-t-il ajouté rappelant que l’Etat algérien avait fait le nécessaire, depuis l’indépendance, pour recenser les moudjahidine et chouhada en mettant en place des commissions à travers le territoire national et à l’étranger, ainsi qu’une commission de recours.

Le ministre a précisé que ce dossier avait été clos en 2002, suite aux recommandations de la 9ème conférence de l’ONM, seule instance habilitée à se prononcer sur les dossiers, et en vertu desquelles toutes les commissions de reconnaissance avaient été dissoutes.

Dans une réponse à une autre question relative à la réalisation d’œuvres audiovisuelles sur les résistances populaires durant la période coloniale, le ministre des Moudjahidine a affirmé que de telles œuvres obéissaient à des exigences juridiques, à commencer par la présentation, devant le jury, du scénario, jusqu’à la facilitation de l’accès aux ressources matérielles et financières.

Après avoir rappelé la réalisation de plusieurs œuvres cinématographiques sur les hauts faits des dirigeants de la Révolution, à l’instar de Mustapha Ben Boulaid, du Colonel Lotfi et de Krim Belkacem, le ministre a affirmé qu’il sera procédé à la mise en place de nouveaux mécanismes et au soutien du champ audiovisuel par des moyens à même de faciliter la réalisation d’œuvres qui sur l’histoire de l’Algérie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here