la voiture d’Abdou Semmar
la voiture d’Abdou Semmar

La sûreté de la wilaya d’Alger annonce ce mercredi 1er Mai, avoir identifié deux suspects. Le premier, a été arrêté et placé sous mandat de dépôt, lequel a reconnu les faits qui lui sont reprochés, qui a évoqué des transactions antérieures. Le second, en état de fuite, est toujours recherché, selon un communiqué de la sûreté de la wilaya d’Alger.

Pour mémoire, le journaliste Abdou Semmar a dénoncé le 10 avril, à travers une vidéo sur Facebook, l’incendie de la voiture de son épouse. « J’ai deux enfants une fille de 8 ans et un garçon de 6 ans. Ils devaient rentrer avec leur mère cet après-midi… Et voilà ce qui s’est passé juste parce que mon travail de journaliste dérange des maffieux criminels », a-t-il déclaré, en affirmant qu’il ne compte pas se taire », en précisant l’existence d’un lien direct entre ses enquêtes journalistiques et cet acte criminel.

#Urgent : la mafia s'attaque à la famille de Abdou Semmar et la voiture de la mère de ses enfants à été brûlée !

Posted by Algérie Part on Wednesday, April 10, 2019

Le journaliste Abdou Semmar réagit.

Selon un article publié par le propriétaire d’Algérie Part « De nombreux médias algériens ont diffusé ce mercredi 1er mai des informations mensongères sur l’enquête menée en ce moment par les services de la DGSN concernant l’acte criminel qui a ciblé la voiture de la famille du rédacteur en chef d’Algérie Part, Abdou Semmar. Selon certains de ces médias, la police nationale a fourni ses conclusions en estimant que cet incendie « n’a aucun caractère politique » en relation avec le métier exercé par Abdou Semmar et ses révélations sur la corruption en Algérie. A aucun moment, la Police algérienne n’a fait une telle conclusion. Le dimanche 28 avril, un suspect a été présenté devant le Procureur de la République du tribunal de Cheraga. Il a été placé, ensuite, sous mandat de dépôt ».

De plus, Abdou Semmar a précisé que le suspect a reconnu qu’il avait été instruit pour brûler la voiture d’Abdou Semmar par une deuxième personne qui est toujours en cavale « Si tu ne brûles pas sa voiture, je brûlerai ta famille », voici les menaces que le deuxième accusé a proféré à l’encontre de l’individu qui a été contraint par la force d’incendier la voiture du rédacteur en chef.

Ledit suspect n’a jamais dévoilé le mobile de son acte criminel au juge d’instruction auprès du tribunal de Cheraga, Il s’est juste contenté d’expliquer qu’il avait agi sous la pression et la menace d’un autre individu qui n’a pas encore été interpellé par les services de sécurité

A ce stade de l’enquête, les enquêteurs de la DGSN ne peuvent aucunement tirer des conclusions d’autant plus que cet incendie criminel ne ressemble nullement à un acte de délinquance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here