La réunion « s’est terminée par un consensus des producteurs de l’OPEP + sur les baisses de production à partir de mai », a tweeté le ministre saoudien de l’Énergie Abdul Aziz bin Salman.

Le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Donald Trump ont exprimé, lors d’un appel téléphonique, ‘la grande importance’ de cet accord, a indiqué le du Kremlin dans un communiqué, soulignant que les dirigeants ont soutenu l’accord conclu par l’OPEP+ en vue d’une réduction volontaire et progressive de leur production de pétrole, dans le but de stabiliser les marchés mondiaux et de garantir la viabilité à long terme de l’économie mondiale.

De même, Le Canada a salué l’accord de l’OPEP et de ses partenaires, qualifiant la baisse de production de « bonne nouvelle ».

Les pays de l’OPEP et les producteurs non membres, dirigés par la Russie, ont entériné un accord trouvé vendredi, le 10 avril, pour mettre fin à la guerre des prix entre la Russie et l’Arabie saoudite. De même pour le Mexique, qui avait refusé la réduction de production, est rentré dans le rang, qui ont convenu hier dimanche de réduire leur production de 9,7 millions de barils par jour en mai et juin.

L’impact sur les marchés pétroliers été de courte durée après l’annonce, dimanche soir le 12 avril, que les principaux pays producteurs de pétrole avaient conclu un accord pour mettre un terme à la guerre des prix.

Le rebond enregistré en Asie s’est heurté à un plafond d’inquiétudes, les marchés redoutant que cet arrangement trouvé entre grands pays producteurs ne suffise pas à réduire la surproduction tandis que la pandémie de COVID-19 continue de laminer la demande.

Leave a comment

Laisser un commentaire