Home » Presse: Le journaliste Khaled Drareni victime d’intimidations

Presse: Le journaliste Khaled Drareni victime d’intimidations

Khaled Drareni

Algerie: Le journaliste Khaled Drareni a dit avoir été pris à partie par un officier de la police alors qu’il couvrait le rassemblement de soutien aux manifestants arrêtés vendredi et présentés devant le procureur hier dimanche.

« Aujourd’hui dimanche 28 mars 2021, un officier supérieur de la police m’a agressé (devant témoins) près du tribunal de Sidi Mhamed rue Abane Ramdane à Alger, alors que je ne faisais que mon travail de journaliste », a écrit Khaled Drareni dans un post sur sa page Facebook.

« Il m’a mal parlé puis m’a bousculé avec son ventre en me parlant en français :  » Vous n’avez pas à être là  » », a précisé l’ancien détenu arrêté le 7 mars à Alger pour avoir couvert une manifestation du Hirak.

Drareni a dit avoir été « surpris pas cette haine dans son regard et par son caractère provocateur qu’on ne devrait pas retrouver chez les plus expérimentés de la police, même si ça ressemblait bien plus à de l’intimidation qu’à toute autre chose ».

NOUVEAU PROCÈS EN CASSATION

Le journaliste algérien Khaled Drareni, condamné à une lourde peine de prison, sera rejugé après que la Cour suprême eut accepté le pourvoi en cassation présenté par la défense, a indiqué ses avocats.

“La Cour suprême annule la décision. Le pourvoi (en cassation) de la défense a été accepté, donc Khaled Drareni sera rejugé”, “J’espère que lors de ce nouveau procès, il n’y aura pas de pressions sur la justice, comme cela a été le cas auparavant”, a expliqué Me Abdelghani Badi.

Devenu le symbole du combat pour la liberté de la presse dans son pays, M. Drareni, incarcéré en mars 2020, a bénéficié d’une mesure de grâce présidentielle le mois dernier et est depuis en liberté provisoire.

Correspondant de TV5Monde et de Reporters sans frontières (RSF) en Algérie, il avait été condamné le 15 septembre à deux ans de prison ferme pour avoir couvert une manifestation du mouvement pro-démocratie du Hirak.

Khaled Drareni, 40 ans, était poursuivi pour “incitation à attroupement non armé” et “atteinte à l’unité nationale”.

Le journaliste a toujours proclamé son innocence et décidé de se pourvoir en cassation “au nom de la morale et de l’éthique”, selon ses avocats.

Sending
User Review
4.62 (13 votes)