sahari rally
sahari rally

La Fédération algérienne des sports mécaniques (FASM) a été secouée par une affaire de corruption, où l’ancien président de la FASM est accusé par Karim Benhamiche d’abus de pouvoir et détournement de sponsors.

Karim Benhamiche, élu en février 2019, à la tête de la FASM, a dénoncé les dépassements enregistrés par l’ancien président, tout en refusant de procéder à la passation de consignes.

« Nous sommes scandalisés et profondément choqués par le comportement des trois membres du bureau fédéral sortant […] qui continue toujours de participer aux réunions des instances internationales alors qu’il n’est plus à la tête de la FASM », avait affirmé le nouveau président de la FASM.

Karim Benhamiche a regretté ces agissements: « ils se sont autoproclamés créateurs et héritiers légaux du Rallye Challenge Sahari International, alors que toute la famille des sports mécaniques ne les reconnaît pas comme des gens qui ont réellement travaillé pour que ce rallye voie le jour ».

D’autre part, Fethi Ben Aïssa, le vice-président du FASM, a appelé le ministre de la Jeunesse et des Sports à diligenter une enquête sur les dettes de l’ancienne direction. « L’ancien président nous a laissé une dette de deux milliards de centimes, pénalisant ainsi notre travail en tant que nouvelle direction », a-t-il souligné avant de poursuivre : « plusieurs fournisseurs ayant travaillé avec l’ancien bureau fédéral attendent toujours qu’on les paye. La justice doit ouvrir une enquête sur les agissements de l’ancienne équipe fédérale et les dépassements très graves enregistrés en matière de financement », a-t-il expliqué.

Aussi, Fethi Ben Aïssa a déclaré que « ces anciens responsables ont séquestré des motos et le matériel numérique utilisé lors des précédentes éditions du « Rallye challenge Sahari », à savoir : 5 téléphones cellulaires Thuraya avec chargeur, 4 GPS, flash disque, chronométreur, 6 talkies-walkies, des photocopieuses, un télex, des imprimantes, 12 projecteurs, 2 groupes électrogènes, et des chèques de banque ».

Amir Benamar, L’ex-président de la FASM, a rejeté ces accusations, en appelant le nouveau président de la fédération à fournir des preuves. « Ils peuvent dire ce qu’ils veulent. On attendra le bilan de l’expert-comptable qui accompagnera la passation de consignes le 25 avril prochain. Ce même jour, on rendra les chèques de banque. Quant aux cachets, ils sont au secrétariat général et n’ont jamais quitté le siège de la fédération », a-t-il déclaré.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here